Débat citoyen #2 – L’ESS, la solution face à l’urgence sociale et environnementale ?

  • par

Le 2nd débat citoyen de Bordeaux Maintenant s’est tenu jeudi janvier 2020 au “Copains d’abord” autour de la thématique de “l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) comme solution à l’urgence sociale et environnementale à Bordeaux”. 

Comment l’ESS peut-elle être en levier face à ces urgences et aux grandes transitions qu’elles appellent ? Quel rôle jouent déjà les acteurs de l’ESS à Bordeaux ? Quelles sont les forces et les faiblesses de l’écosystème local ? Comment la Ville de Bordeaux et la métropole peuvent soutenir le développement de l’ESS et favoriser l’amplification de l’utilité sociale et environnementale des projets portés par les acteurs ?

Pour répondre à ces questions, nous avons pu compter sur la mobilisation du Directeur Adjoint d’un Groupe Économique Solidaire (GES) bordelais, la Directrice Générale d’un Chantier d’Insertion bordelais et de Clément JEANDET (membre de Bordeaux Maintenant).

Dans un 1er temps, les intervenants ont tenu à rappeler la définition de l’Économie Sociale et Solidaire : “Reconnue par la Loi du 31 juillet 2014 (dite loi Hamon), l’Économie sociale et solidaire (ESS) regroupe un ensemble de structures qui cherchent à concilier utilité sociale, solidarité, performance économique et gouvernance démocratique, avec pour ambition de créer des emplois et de développer une plus grande cohésion sociale. Les structures de l’ESS sont présentes dans tous les secteurs d’activité et peuvent prendre de multiples formes : associations, coopératives, mutuelles, fondations, entreprises sociales à statut commercial. Elles ont pour ambition commune de créer des emplois pérennes et non-délocalisables, de développer une plus grande cohésion sociale et d’apporter des réponses aux besoins socio-économiques et environnementaux des territoires. Elles reposent toutes sur un projet social qui s’exprime à travers leur activité, les personnes qu’elles emploient, leurs clients et bénéficiaires ou leur mode d’organisation.” 

Source : Avise 

Les intervenants ont également précisé que le champs de l’ESS était extrêmement vaste tant du point de vue des statuts adoptés que des activités déployées. Ils sont tombés d’accord pour dire que l’ESS est avant tout un “mode d’entreprendre” dont la finalité même diffère de l’économie dite “classique” (dont voici la définition Larousse : Ensemble des activités d’une collectivité humaine relatives à la production, à la distribution et à la consommation des richesses.). En effet,  l’Économie Sociale et Solidaire place le progrès humain, le progrès social et la préservation de l’environnement au coeur de son activité et de sa finalité. Dès lors, la création de richesses au sens économique du terme permet d’équilibrer les recettes et les dépenses, de rémunérer les salariés et les fournisseurs, d’investir dans de nouvelles activités relevant de l’ESS dans un logique de cercle vertueux. 

Les intervenants ont ensuite pu présenter concrètement les innovations sociales et environnementales que développent déjà les acteurs de l’ESS à Bordeaux : insertion professionnelle durable de personnes éloignées de l’emploi, participation à l’insertion sociale et professionnelle de migrants, de personnes sans domicile fixe, développement des circuits courts, actions en faveur de la gouvernance alimentaire, de l’économie circulaire et du remploi, de la santé, de la logistique urbaine active, du maintien à domicile des personnes âgées… 

Au délà des champs actuels d’intervention de l’ESS, plusieurs domaines d’innovation ont pu être abordés comme restant à développer fortement ou à explorer : 

  • une forme de “revitalisation” de l’offre de commerce de proximité (commerces de bouche notamment, épicerie solidaire, boutique vrac et zéro déchet, boutiques et resto “éphémères” destinés à permettre à de jeunes entrepreneurs de se “faire la main”…) 

  • le renforcement du lien intergénérationnel (colocation entre étudiants et retraités, solutions de mobilités actives solidaire à destination des personnes à mobilité réduite)

  • un “territoire zéro déchet”

  • le réemploi des déchets du bâtiments

  • le développement d’emplois de l’ESS sur la Rive Droite autour de l’économie circulaire et de l’économie du fleuve

  • L’insertion professionnelle durable des chômeurs de longue et très longue durée (“expérimentation Territoire Zéro Chomeurs de Longue Durée”, “plan pauvreté”) et des personnes en situation du handicap (“Cap vers l’entreprise Inclusive”).

  • ….  

L’ESS apparaît donc comme un formidable laboratoire de la ville en transition et comme une réponse pertinente aux urgences sociales et environnementales, à Bordeaux. 

Localement, un vaste écosystème d’accompagnement au développement de l’ESS existe et les collectivités locales ont renforcé ces dernières années le soutien aux acteurs de l’ESS à travers notamment le levier de la commande publique. 

Cependant, pour permettre un développement de l’ESS à la hauteur des défis sociaux et environnementaux auxquels notre territoire fait face, le soutien aux acteurs pourraient être largement renforcées : 

Plusieurs propositions concrètes ont émergé des échanges : 

  1. Le renforcement de la commande publique responsable (Clauses sociales, marchés d’insertion…)

  2. Un accès facilité au foncier à travers le développement d’outils de maîtrise foncière publique de type “Établissement Public Foncier”.

  3. Un accès facilité aux locaux qu’ils soient industriels, artisanaux ou commerciaux à travers le développement d’une “foncière solidaire”.

  4. La multiplication des opérations d’occupation temporaire afin de permettre à de jeunes structures de l’ESS d’éprouver leur modèle économique et organisationnel en tirant profit du renouvellement urbain.

  5. L’identification de l’ESS comme une “filière” prioritaire et stratégique à développer que ce soit dans le diffus ou au sein des grandes opérations économiques (OIM et OIN)

  6. La co construction des grands projets urbains en lien avec les acteurs de l’ESS afin de permettre l’émergence de nouveaux quartiers réellement éco responsables et inclusifs

Pour Bordeaux Maintenant, Clément Jeandet a pu rappeler certaines des propositions issues des 100 propositions du Collectif dans le cadre de sa contribution à un projet municipal et métropolitain partagé et favorables au développement de l’Économie Sociale et Solidaire: 

  1. Axer le développement économique autour de l’économie circulaire et des circuits courts

  2. Faire de Bordeaux un véritable laboratoire de l’innovation sociale et solidaire

  3. Favoriser la collaboration entre les pouvoirs publics et les entrepreneurs afin de développer l’Économie Sociale Solidaire

L’occasion pour Bordeaux Maintenant de rappeler que l’ESS était au coeur de la plupart des grandes orientations souhaitées par le collectif en faveur d’un développement harmonieux et vertueux : 

  1. Favoriser l’insertion l’insertion professionnelle en expérimentant expérimentant différentes innovations.

  2. Imposer des objectifs environnementaux exemplaires aux opérations d’aménagements économiques.

  3. Adopter un modèle de développement soutenable garant des équilibres entre les territoires

  4. Développer les emplois dans les quartiers résidentiels et sur la rive droite de la Garonne, afin de rompre avec l’ultra-concentration des emplois et rapprocher lieux de vie et lieux de travail.

 

Les échanges avec les participants au débat ont également permis d’évoquer les mesures de l’utilité sociale et territoriale des acteurs de l’ESS, les relations entre entreprises “classiques” et entreprises ESS ou les relations qu’entretiennent les acteurs de l’ESS avec l’économie dite “de marché”. 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *